Par Véronique Harvey | Journal de Montréal | 23 février 2012

« Sur son dernier album, Bubble Bath & Champagne, France D’Amour se dévoile sous un nouveau jour, mais malgré ce changement de cap, nous avons toujours affaire à cette artiste pétillante à la chevelure aussi rouge que le feu.

 

C’est sur la scène de L’Astral, en pleine séance de jam avec ses musiciens, que nous avons retrouvé l’ancienne rockeuse, transformée en chanteuse rétro-jazz l’espace d’un album. Et c’est dans sa loge décorée de fleurs, juste avant le spectacle qu’elle s’apprêtait à donner dans le cadre de Montréal en lumière, qu’elle nous a livré quelques secrets quant à ses habitudes avant de monter sur scène.

Après les tests de son, qui se déroulent toujours en après-midi, un bon gros repas consistant en compagnie de ses musiciens s’impose.

 

S’ensuit un petit jam collectif pour se détendre et France D’Amour passe ensuite à l’étape du maquillage et de la coiffure, juste avant de faire ses dernières vérifications. Cet horaire serré, les jours de spectacle, ne lui permet donc pas de se « prendre la tête avec toutes sortes d’habitudes ».

Par Gaétan Cormier | Info-culture.biz | 22 février 2012

 « Le spectacle Bubble Bath & Champagne est un spectacle hommage à la musique des années 20-30 et 40. On se laisse emporter par des chansons de Cole Porter et Richard Rogers. Elle débute son spectacle avec la chanson What a wonderfull world, enchaîne par la suite avec Summertime et The look of love. Entre les chansons, France discute beaucoup avec son public.

C’est la première fois que je vois une artiste prendre autant de temps et c’est vraiment génial. On découvre que France aime bien ricaner avec ses musiciens et qu’elle pousse aussi de bonnes blagues, elle pourrait passer pratiquement pour une humoriste, un coté de France d’Amour que je ne connaissais pas mais que j’apprécie beaucoup. Elle nous a offert par la suite Fly me to the moon, My way et Hound Dog.”

info-culture.biz